Le pari des entreprises pour l’emploi, la diversité et l’inclusion en temps de crise

La crise sanitaire actuelle a provoqué un coup de frein inédit à l'activité et s’accompagne de graves conséquences économiques. Cette crise et le confinement ont exacerbé les inégalités socio-économiques préexistantes et les fractures territoriales. Comment les entreprises réagissent-elles face à une telle situation et quelles actions mettent-elles en œuvre en matière de diversité et d’inclusion afin de permettre à chacun et chacune de trouver sa place dans la société ?
Le pari des entreprises pour l’emploi, la diversité et de l’inclusion en temps de crise

Trois membres du réseau Les entreprises pour la Cité en Rhône-Alpes témoignent :  Raphaël APPERT, Directeur général de Crédit Agricole Centre-Est, Philippe BARRET, Directeur général du Groupe APICIL et Sébastien HAMPARTZOUMIAN, Directeur des opérations Est / Sud, Adecco

 

Quelle a été la stratégie de vos entreprises pour le maintien des embauches pendant cette crise sanitaire ?
 

Raphaël APPERT, DG du Crédit Agricole Centre-Est : « Les recrutements prévus étaient dictés par les besoins de nos activités, qui ne se sont pas arrêtées pendant le confinement. Mais au-delà de cette crise, nous devons aussi préparer l’avenir, pour répondre à nos perspectives de développement. Cela implique naturellement de détecter et recruter des talents ! En tant qu’acteur majeur de l’emploi en région, engagés sur notre territoire, il était et il reste de notre responsabilité sociétale de contribuer à maintenir un niveau d’emploi durable, a fortiori en cette période difficile. […] Tous les engagements pris avant et pendant la période de crise ont été tenus et aucune période d’essai n’a été rompue du fait de la Covid-19 ».

 

Une posture identique pour le groupe APICIL comme en témoigne Philippe BARRET, Directeur général « APICIL a continué à recruter, même si la réduction du nombre d'embauches s’est fait sentir en raison des priorités sur lesquelles nous avons dû nous focaliser et face à la réticence parfois de candidats à quitter leur entreprise. L’activité recrutement s’est poursuivie sur des postes clés, dont les process avaient débuté avant le confinement, sur un certain nombre de CDD courts et surtout dans le cadre de la campagne de recrutement de nos alternants, en collaboration avec nos écoles partenaires, pour honorer la rentrée 2020/2021. »

 

Sébastien HAMPARTZOUMIAN, Directeur des opérations Est / Sud, Adecco tient à souligner l’importance des dispositifs d’accompagnement du gouvernement, comme le maintien à l’emploi grâce à l’activité partielle, les projets autour de l’apprentissage ou de la formation professionnelle : « L’emploi est lié à l’activité économique d’un écosystème. Quand cet écosystème se fragilise, l’emploi est impacté. C’est dans les moments difficiles qu’il faut préparer les conditions d’un rebond favorable post-crise, après il est souvent trop tard. »

Selon l’Insee, les mesures de confinement, leurs conséquences économiques et sociales touchent de manière différenciée les populations au sein même de nos villes et territoires urbains : pauvreté, fracture numérique et rupture éducative sont autant de maux qui touchent les quartiers fragiles.

 

Dans le contexte actuel, peut-on continuer à garantir l’égalité des chances dans l’accès à l’emploi ?
 

Pour Raphaël APPERT « Le Crédit Agricole Centre-Est déploie une politique de recrutement qui intègre la diversité par des parcours de formation internes permettant à des profils différents d’accéder aux métiers de la banque et de l’assurance. C’est un investissement soutenu et continu. Nos missions Talents primées par la Fondation Mozaik ont été adaptées en distanciel pour poursuivre un recrutement toujours orienté compétences et diversité. »

 

Comme le rappelle Sébastien HAMPARTZOUMIAN « Dans un contexte de tension économique, rien ne sera plus important que de favoriser la mixité, la diversité, et l’égalité au sein des entreprises. L’ère du tout économique est révolue, et peu d’entreprises auront des performances pérennes sans performances sociales. C’est notamment dans ce contexte où nos acteurs économiques vont devoir se réinventer que l’égalité des chances dans l’accès à l’emploi est une formidable opportunité pour « sortir du cadre », notamment en matière de politique de recrutement. »

 

Philippe BARRET de son côté précise que chez APICIL « Rien n’a freiné ou fait reculer notre engagement volontariste en faveur de l’égalité des chances, de l’inclusion et la lutte contre toutes formes de discrimination. Nous avons poursuivi nos réflexions pour honorer notre politique RH inclusive, et avancer sur l’engagement pris pour 2021 de labelliser le Groupe APICIL en matière de Diversité et d’égalité professionnelle. En tant qu’entreprise responsable, et forts de notre raison d’être, nous continuons de militer pour un modèle conciliant à la fois, dans chacun de nos domaines d’activités stratégiques, le développement économique, social, sociétal et environnemental. Nous sommes convaincus que nous avons un rôle majeur à jouer pour que cette crise soit source de mutation vers une société plus solidaire, plus respectueuse de l’environnement. »

 

 

Quelles leçons retenir de cette crise qui bouleverse nos organisations et quelles mesures prendre en faveur de la diversité pour une entreprise plus inclusive ?
 

Raphaël APPERT, Directeur Général de Crédit Agricole Centre-est affirme : « A mes yeux, une des grandes leçons de cette crise, sur le plan humain, est la formidable capacité d’adaptation et de réactivité de nos équipes. Les femmes et les hommes de l’entreprise ont réussi à relever, dans des délais extrêmement réduits, des défis de tous ordres. Ils ont été capables d’innover, d’imaginer des réponses à des défis inédits. En dépit de la distance, on a su préserver la culture d’entreprise, avec toujours à l’esprit nos valeurs mutualistes et notre raison d’être « agir chaque jour dans l’intérêt de nos clients et de la société ». Cette crise prouve, l’importance de la valeur des équipes et la richesse qui peut naître de la diversité. »

 

Pour Philippe BARRET « Chez APICIL, la crise n’a pas bouleversé ou remise en question notre politique en faveur de l’inclusion [.…] et notre engagement reste intact. Pour être à la hauteur de nos ambitions et être reconnu comme un Groupe plus inclusif, où il fait bon travailler, nous avons actionné plusieurs leviers : être plus attentif à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes en fixant des objectifs à chaque entité pour progresser notamment sur leur niveau d’index ; placer de façon volontariste le discours, la posture et les actions de la gouvernance et de la direction générale de l’entreprise au travers de sa politique d’inclusion et de diversité, signée par tous les membres du Comex ; définir avec la DRH, les orientations, les valeurs, les objectifs, les axes prioritaires, les outils d’évaluation ainsi que les comités de pilotage et opérationnels qui définiront nos feuilles de route et permettront de suivre l’avancement et le déploiement de notre politique, et en dernier faire appliquer des pratiques de travail respectueuses de nos choix stratégiques, en permettant aux managers de jouer un rôle clé dans la transformation de l’entreprise [...] Nous continuons à nous associer aux projets mis en œuvre par les Entreprises pour la Cité, pour qu’ensemble nous favorisions la reconnaissance et la compréhension de la différence et que nous mettions collectivement nos compétences et notre énergie au service de la performance de nos organisations. […] Créons ensemble les conditions au sein même de nos organisations pour que chacune et chacun puisse développer tout son potentiel en s’appuyant sur la différence qu’il-elle apporte. C’est un changement de paradigme notable, car il s’appuie sur une approche globale autour de l’élément humain qui englobe le soi, les autres, le travail et la santé. C’est par les relations humaines favorisées par l’inclusion que les collaborateurs du Groupe APICIL vont pouvoir développer le sentiment d’appartenance à un collectif et aussi le sentiment de confiance dans leur propre organisation. »